[elfsight_age_verification id="3"]

HISTOIRE

HISTOIRE CNVA

Vème siècle avant J.-C

Époque romaine

700 / 800

Au Moyen-Âge

Au XIXème siècle

Une alchimie ancienne,
connaitre les vins aromatisés…

VEME SIÈCLE AVANT J.-C

L’origine de l’aromatisation du vin remonte au Vème siècle avant J.-C. Avec son vinum absinthiatum, Hyppocrate opérait des mélanges et macérations avec des plantes pour élaborer ce qu’on appellera jusqu’au Moyen-Âge, les vins hippocratiques. Il utilisera principalement l’armoise et la grande absinthe (wermut en allemand). C’est l’herbe aromatique qui caractérise le plus ce produit :  encore aujourd’hui, il est obligatoire que le vermouth en contienne.

ÉPOQUE ROMAINE

A l’époque romaine classique, il s’agissait de conserver le vin dans les meilleures conditions et de le rendre plus désirable au palais, puis peu à peu il devient une recherche de plaisir et une application à visée médicinale.

AU MOYEN ÂGE

Les marchands vénitiens vont rapporter, entre autres, de la cardamome, de la cannelle, des racines de zédoïre ou curcuma d’Afrique et d’Asie alors que la vanille va arriver des Antilles, et le quinquina des Andes.

700 / 800

La production de plus grande ampleur commence en 700 et Turin devient la capitale du vermouth. Ceci principalement à cause de sa position proche des vignes et des montagnes, où poussent beaucoup d’herbes aromatiques. En 800, le vermouth, qui est déjà l’ “Apéritif de Cour” en maison de Savoie,  devient une spécialité turinoise connue dans le monde entier.

AU XIXÈME SIÈCLE

L’élaboration de vins aromatiques va se répandre en Europe, principalement dans les pays latins, avec souvent des recettes familiales qui finiront par donner leur nom aux grandes marques comme Ambassadeur, Byrrh, Dubonnet, Lillet, Saint-Raphaël, Dolin ou Noilly Prat en France ; Cocchi, Carpano, Cinzano, Martini & Rossi, Gancia en Italie.

Au cours des siècles, de nouvelles herbes et essences sont utilisées avec la découverte des terres du Nouveau Monde et de l’Asie : à la recherche de l’équilibre idéal, ces recettes vont, progressivement, se jouer des frontières.

UN HÉRITAGE IMMATÉRIEL ?

Dès le début du XXème siècle, les 5 continents et plus de 70 pays s’arrachent les noms prestigieux et les couvrent de distinctions. Les Vins d’apéritif seront à leur apogée après guerre, jusque dans les années 60, magnifiés par des campagnes de publicité signées par les plus grands artistes de l’époque jusque sur les murs des immeubles de France.